Windstalk : des roseaux géants qui produisent de l’électricité

Un studio de design new-yorkais a imaginé une solution innovante pour produire de l’électricité renouvelable : des roseaux géants. Comme les éoliennes, ces mâts en fibre de carbone utilisent l’énergie du vent pour produire de l’électricité. Baptisé « Windstalk », le projet a pour but de proposer une alternative, plus efficace et moins bruyante, aux éoliennes.

Eoliennes Windstalk.

©Atelier DNA. Eoliennes Windstalk.

Comment fonctionne le système Windstalk ?

Le roseau Windstalk ressemble à un mât en fibre de carbone. Il mesure 55 mètres et son diamètre est de 30 cm à la base et de 5 cm au sommet. Sa taille le rend flexible et lui permet d’onduler au gré des vents. A l’intérieur de chaque mât se trouvent des disques en céramique polarisés. Ainsi, dès que le mât est en mouvement, les disques produisent de la piézoélectricité.

Des cuves d’eau sont installées sous les mâts pour permettre de produire de l’électricité même lorsqu’il n’y a pas de vent. Pour ce faire, lorsque le vent souffle et que les mâts produisent de l’électricité, l’eau est pompée et stockée dans des cuves situées au-dessus des premières. Lorsqu’il n’y a pas de vent, l’eau est déversée, depuis les cuves supérieures, vers les cuves qui se trouvent sous les mâts. Le mouvement de l’eau actionne des turbines qui produisent de l’électricité.

Enfin, une LED, alimentée par l’électricité produite par le mât, permet de signaler sa présence aux avions.

Cette technologie verra-t-elle le jour ?

Pour l’instant, il ne s’agit que d’un concept. Cette technologie n’a pas été expérimentée et nécessite encore des ajustements, notamment pour améliorer son rendement et réduire ses coûts de production. Le concept semble d’ores et déjà avoir séduit les Emirats-Arabes-Unis qui envisagent d’installer 1200 mâts de ce type dans une ville écologique qui pourrait être construite au milieu du désert. Les roseaux finiront-ils par remplacer les éoliennes ? Seul l’avenir nous le dira…

Haut de page

Posté par René le 26 mai 2015