L’autoconsommation, la voie vers l’indépendance énergétique

Les factures de courant s’envolent et les tarifs de rachat de l’électricité solaire ne sont plus très avantageux. La solution : l’autoconsommation. Les panneaux photovoltaïques apportent une énergie gratuite et renouvelable pour répondre aux besoins des ménages. Les fournisseurs d’électricité et les entreprises l’ont bien compris : cette pratique constitue l’avenir. Ils multiplient, de ce fait, les offres.

toiture solaire - toit équipé de panneaux photovoltaïques pour autoconsommation

Autoconsommation : vous profitez d’une énergie renouvelable, locale et gratuite.

Autoconsommation : les astres sont parfaitement alignés

Tous les éléments sont réunis pour permettre à l’autoconsommation de connaître le succès.

Le rachat de l’électricité

Jusqu’à présent, les propriétaires de panneaux photovoltaïques étaient encouragés à revendre entièrement l’électricité produite. Le tarif de rachat devait, en théorie, leur permettre de rentabiliser rapidement leur investissement. Mais, cela ne s’avère plus intéressant. Les prix dégringolent depuis quelque temps. Pour preuve, en 2009, les producteurs pouvaient percevoir jusqu’à 0,60 €/KWh* avant de voir les tarifs de rachat réduire de moitié quatre ans plus tard. Aujourd’hui, l’électricité solaire est rachetée à seulement 0,12 €/KWh.

Les hausses successives des tarifs de l’électricité

Les factures d’électricité, à l’inverse, montent en flèche. L’annulation du gel des tarifs de l’électricité décidée par Ségolène Royal, la Ministre de l’Ecologie, entre août 2014 et 2015, n’est pas sans conséquence pour les clients EDF. Le rattrapage des tarifs réglementés devrait leur coûter environ 30 € supplémentaires étalé sur 18 mois. La note s’allonge à nouveau au 1er août 2017. Les tarifs du distributeur de courant Enedis augmentent de 2,71 % soit une hausse 2 % pour les ménages.

Le coût des installations photovoltaïques

Les frais de fabrication des panneaux photovoltaïques deviennent petit à petit abordables. Dans un même temps, le rendement des cellules photovoltaïques progresse considérablement. Entre 2007 et 2014, le coût des installations pour une centrale au sol a été divisé par 4 ! Selon l’Ademe, cette chute devrait se poursuivre, en France. Elle s’attend à une diminution de 35 % d’ici 2035. Autre bonne nouvelle, certains types d’installation solaire devraient être rentables sans subvention de l’État, après 2020, au moins dans les régions du Sud de la France. Les investissements dans les centrales solaires au sol et les panneaux photovoltaïques aménagés sur les toitures des grands bâtiments tertiaires et industriels seront les premiers amortis.

L’autoconsommation, pour une électricité gratuite et renouvelable

L’autoconsommation, qui permet de profiter d’une électricité gratuite et propre, suscite l’intérêt de plus en plus de français comme le révèle le sondage d’Opinionway publié en mai 2016, à la demande du syndicat Enerplan. 47 % des foyers français se disent prêts à investir dans l’autoconsommation solaire de même que 62 % des adhérents de l’Association technique du commerce et de la distribution (PERIFEM). Le développement de cette nouvelle pratique est amené à s’accélérer, car le projet de loi ratifiant les deux ordonnances a été adopté par le Sénat, le 15 février. Les particuliers, les collectivités et les entreprises peuvent consommer l’énergie produite par leur installation photovoltaïque. Le surplus de production peut être réinjecté dans le réseau ou être stocké par le biais de batteries, une pratique auparavant illégale.

5000 foyers consomment, actuellement, leur propre électricité et revendent les excédents selon Richard Loyen, délégué général d’Enerplan, syndicat de professionnels du solaire. A ce chiffre, il faut rajouter 15 000 ménages, qui utilisent l’énergie produite sans la revendre.

Le gouvernement souhaite développer l’autoconsommation

Le marché de l’autoconsommation se développe. Le gouvernement souhaite inciter les particuliers à opter pour ce mode de consommation, qui nécessite un investissement, mais qui permet, à terme, de faire plus de 50 % d’économies sur sa facture d’électricité.

En quoi consiste l’autoconsommation ?

Le principe est simple : il suffit d’installer des panneaux solaires photovoltaïques sur le toit de son habitation ou dans son jardin, et d’utiliser l’électricité produite pour sa propre consommation. Pour rentabiliser l’investissement de départ, il est nécessaire de vivre dans une région ensoleillée. De plus, ce système ne permet pas de stocker l’énergie produite (il existe des dispositifs de stockage mais ils sont beaucoup trop onéreux pour les adapter à des installations domestiques) ce qui suppose d’utiliser l’électricité produite en temps réel.  Des systèmes de gestion « intelligents » permettent alors d’optimiser sa consommation d’électricité.

Comment encourager l’autoconsommation?

Le gouvernement semble vouloir mettre en place un système d’incitations financières pour développer l’autoconsommation. Certaines régions proposent d’ores et déjà des aides pour permettre aux particuliers et aux entreprises de mener à bien leurs projets. C’est le cas de l’Alsace, de l’Aquitaine et du Languedoc-Roussillon par exemple. Car, si l’autoconsommation peut être envisagée par les particuliers, elle doit également être développée dans les entreprises pour permettre de réduire leurs dépenses énergétiques.

Si l’investissement pour une installation photovoltaïque peut paraître important, les aides financières accordées par l’État pourraient permettre aux particuliers de s’engager plus volontiers dans ces projets afin de limiter leur consommation énergétique.

Les offres d’autoconsommation fleurissent

De nombreuses entreprises n’ont pas attendu la promulgation de la loi pour conquérir ce nouveau marché. EDF ENR, une filiale d’EDF, a inauguré, en juin 2016, son offre d’autoconsommation, baptisée « Mon soleil et moi », destinée aux particuliers. Les clients Engie peuvent, quant à eux, profiter de l’offre « My Power ».

Parallèlement, des start-ups spécialisées dans les systèmes intelligents de gestion de l’énergie telles que MyLight System ou Comwatt, tentent également leur chance. La domotique permet de mieux maîtriser sa consommation énergétique et de réaliser des économies. Par exemple, certains objets connectés programment la mise en route des appareils énergivores (ballon d’eau chaude, machine à laver) en fonction de la production solaire.

Du côté des batteries domestiques, quelques propositions commencent à apparaître. L’entreprise allemande, Solarwatt, équipe une dizaine d’installations pilotes, en France et propose son procédé « MyRerserve » dont les capacités de stockage oscillent entre 2,2 et 8,8 kWh. Le fournisseur historique d’électricité, EDF, permet avec son abonnement d’autoconsommation de disposer d’une batterie. Mais, pour l’instant, les systèmes de stockage ne connaissent pas un grand engouement, car cette technologie reste assez onéreuse.

Aterno et son chauffage électro-solaire

Le spécialiste du chauffage électrique, Aterno, mise également sur les énergies renouvelables et plus particulièrement sur l’électricité photovoltaïque. Son système de chauffage électro solaire permet de profiter de tout le confort d’un radiateur électrique à inertie et d’une manne de courant entièrement gratuite. Les panneaux installés sur le toit ou dans le jardin alimentent directement l’ensemble des appareils chauffants. Le rendement est optimisé, chaque jour, à l’aide de plusieurs équipements domotiques dont le thermostat sans fil, le détecteur de présence et l’application MyAterno. L’objectif : devenir à terme totalement autonome. Dans cette optique, l’installation peut être reliée, en fonction de vos besoins, à une batterie de stockage d’électricité (système battery ready).

Source : * https://www.franceinter.fr/economie/energie-autoconsommation
** http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/11/22/97002-20161122FILWWW00028-electricite-la-facture-pourrait-augmenter-de-2.php

Haut de page

Posté par René le 27 février 2017