Projet ELSA : une batterie de stockage recyclée

Le consortium européen ELSA réfléchit sur un moyen ingénieux de stocker les énergies renouvelables. Leur idée : utiliser des batteries de voiture électrique usagées. Ce dispositif permettrait aux éco-quartiers de devenir totalement autonomes et de continuer à se développer.

projet elsa

Source : http://www.elsa-h2020.eu/

Le programme européen Horizon 2020

Horizon 2020 constitue un vaste programme de recherche et d’innovation. Orchestré par l’Union Européenne, il réunit autour d’une même table les scientifiques les plus talentueux et les grands groupes industriels. Grâce à leurs différents savoir-faire, ces experts tentent d’apporter de véritables solutions dans divers domaines dont la santé, les transports intelligents et la bioéconomie (sécurité alimentaire, agriculture, recherche marine et maritime). ELSA (Energy Local Storage Advanced System) constitue l’un de ces projets. Il porte sur le thème du stockage de l’énergie renouvelable à petite échelle. Bouygues Energies & Services, Renault et Nissan West Europe, le laboratoire RWTH de l’université d’Aix-la-Chapelle (Allemagne), United Technologies Research Center (Irlande), Engineering Ingegneria Informatica (Italie) et Gateshead College (Royaume-Uni) entre autres travaillent ensemble sur cette petite batterie révolutionnaire.

Une batterie à la fois économique et écologique

Le projet ELSA constitue un moyen de faire face à la hausse constante des prix de l’énergie et d’introduire en toute sécurité de l’énergie renouvelable au sein du réseau électrique. L’appareil de stockage stationnaire associe, pour cela, une batterie de deuxième vie et un système intelligent de gestion de l’énergie locale.

Une seconde vie pour les batteries de voiture électrique

La voiture électrique commence doucement à se développer en Europe et un problème se pose déjà : que faire des batteries usagées ? Lorsque leur capacité de stockage est sous la barre des 75 %, elle doit être obligatoirement changée. Pour l’instant, leur nombre est encore assez restreint mais, il risque d’exploser dans les prochaines années. Le projet ELSA apporte la réponse. Le système de stockage combine plusieurs batteries vétustes de différentes qualités et contenances. Ces dernières sont extraites de la Renault Kangoo Z.E. et de la Nissan Leaf. Sauvées de la casse, elles disposent, en moyenne, de 5 à 10 ans de vie supplémentaire ! Autre avantage, le prix de la batterie est divisé par deux.

Lisser les pics de consommation électrique

Destiné à équiper les usines, les immeubles de bureaux, les logements collectifs et éventuellement des quartiers urbains, le système de stockage d’énergie permet de lisser les pics de consommation électrique. Elle restitue l’énergie emmagasinée au moment où la demande est la plus forte. De ce fait, les fournisseurs d’électricité sont sûrs de répondre à la demande de l’ensemble des usagers. Ce moyen de stockage sera aussi en mesure de préserver le surplus d’électricité produit par les panneaux solaires. Les entreprises pourront souscrire un abonnement d’électricité moins coûteux et réaliser des économies. Elles sont, jusqu’à présent, nombreuses à disposer d’un contrat, qui couvre une consommation supérieure à leur besoin réel.

Les six sites d’expérimentation

Cette batterie innovante devrait être commercialisée d’ici 2018. En attendant, elle est testée sur six sites répartis dans cinq pays partenaires : le site de Gateshead College au Royaume-Uni, l’immeuble Ampere à la Défense à Paris, l’usine Nissan à Barcelone, le quartier résidentiel Auf dem Bühl à Kempten en Allemagne et la ville de Terni en Italie. Le projet ELSA sera, au final, capable de s’adapter à toutes les situations possibles.

Par exemple, dans la ville de Terni, environ 20 % de l’électricité consommée est d’origine renouvelable. Dans le cadre de la mise en place d’un smart grid, l’énergie produite par les centrales photovoltaïques sera conservée à l’aide de 6 batteries de Kangoo.

Dans l’immeuble Ampere à la Défense à Paris, deux batteries de Kangoo d’une capacité de 32 kWh seront installées ainsi que des panneaux photovoltaïques. Le courant produit alimentera les 30 points de recharge pour les véhicules électriques, la pompe à chaleur et l’ascenseur.

Pour en savoir plus : http://www.elsa-h2020.eu/

Haut de page

Posté par René le 27 décembre 2016