Biodéchets : une initiative alsacienne

Un décret du 11 juillet 2011 oblige les grandes surfaces, les industries agroalimentaires et les restaurants à trier leurs déchets alimentaires pour les envoyer vers des filières de valorisation énergétique ou organique. Pour l’instant, cette exigence ne s’applique qu’aux structures qui génèrent plus de 120 tonnes de biodéchets par an. Néanmoins, en 2016, cette obligation devrait se généraliser.

biodechet alimentaire

Les biodéchets alimentaires.

Traitement des biodéchets

Dans ce contexte, Agrivalor, entreprise alsacienne, a su tirer parti de la nécessité de traiter les biodéchets afin de les transformer en fertilisants organiques pour les agriculteurs. D’ailleurs, ce sont six agriculteurs alsaciens qui, en 2003, ont créé cette entreprise : « Nous nous rendions compte que nos terres s’appauvrissaient en matière organique et que d’un autre côté, beaucoup d’acteurs cherchaient à traiter leurs biodéchets ; nous avons vu là une opportunité pour que l’agriculture apporte des solutions concrètes, alternatives à l’incinération et à l’enfouissement ».

La méthanisation

Cinq sites étaient déjà exploités lorsqu’en janvier 2012, une unité de méthanisation a commencé à fonctionner à Ribeauvillé dans le Haut-Rhin. En tout, ce sont près de 80000 tonnes de déchets qui sont transformés en fertilisants et en énergie. Certaines entreprises, industries agroalimentaires ou restaurants de la région participent à la collecte de déchets mise en place par Agrivalor. Le biogaz, après être passé par un moteur de cogénération, produit 11000 MWh d’électricité (revendue à EDF) et 21700 MWh thermiques. La chaleur ainsi récupérée est  répartie entre un hôtel, un casino et une balnéothérapie. Le dernier tiers sert à approvisionner trois maisons, une fromagerie et un sécheur de fourrage.

La méthanisation, processus d’avenir, doit cependant faire face à une certaine instabilité. « Pour sécuriser, il faut fidéliser un grand nombre de contributeurs de déchets, en leur démontrant que la méthanisation est une bonne filière de traitement », affirme Philippe Meinrad, directeur d’Agrivalor. En effet, les industriels paient pour le traitement de leurs déchets et l’argent ainsi gagné est nécessaire à la survie et au développement de cette activité.

Haut de page

Posté par Julie le 2 novembre 2012

Une réponse à Biodéchets : une initiative alsacienne

  1. Il faut saluer et encourager ce genre d’initiatives. Les biodéchets constituent une importante source d’énergie. Développer la méthanisation permettrait à la fois de réduire la quantité de déchets que nous produisons et d’augmenter la production d’énergie d’origine renouvelable.