Le boom des énergies vertes

2015 constitue une année exceptionnelle en matière d’énergies renouvelables. L’organisation intergouvernementale, l’AIE a donc dû revoir sa copie.

boom des enr

La production d’énergies renouvelables explosent !

2015, une année record

500 000 panneaux solaires ont été installés chaque jour à travers le monde, en 2015. Pendant ce temps, la Chine installait deux éoliennes par heure. Les énergies renouvelables ont la cote ! Leur déploiement est en forte hausse sur l’ensemble de la planète et ce phénomène risque bien de s’amplifier. L’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) a revu à la hausse ses prévisions de développement à cinq ans des énergies vertes exploitées pour la production d’électricité. Ses dernières estimations, qui remontent à l’année dernière, ont été réévaluées de 13 %. Ainsi, la capacité installée en hydroélectricité, solaire ou éolien devrait atteindre 825 gigawatts en 2021, soit une augmentation de 42 % par rapport à 2015.

« Pour la première fois, les renouvelables ont représenté plus de la moitié, 55 % exactement, des nouvelles capacités annuelles de génération d’électricité. Et elles ont détrôné le charbon en termes de capacités de productions cumulées installées dans le monde. » souligne Paolo Frankl, le directeur du secteur à l’AIE.

L’énergie renouvelable, une énergie de plus en plus compétitive

Cette forte progression s’explique par la baisse du coût de l’éolien et du solaire. Pour preuve, le coût des modules photovoltaïques a diminué de 70 % entre 2010 et 2015. La courbe des prix n’est pas prête de s’inverser. L’AIE table sur une nouvelle réduction de 25 % d’ici à 2021. Concernant le domaine de l’éolien, les tarifs ont diminué de 30 % sur cinq ans et ils pourraient encore réduire de 15 %.

Cette chute vertigineuse des prix ne résulte pas du hasard. Le rapport de l’AIE met en évidence trois éléments : « une concurrence exacerbée, des politiques de soutien plus importantes sur les marchés et des innovations technologiques ». En Asie, deux facteurs supplémentaires expliquent également ce phénomène. La qualité de l’air constitue un problème, qui préoccupe de plus en plus les autorités locales et la diversification des sources d’énergie permet de renforcer la sécurité du réseau électrique.

Une progression des énergies renouvelables à deux vitesses

L’accroissement de l’électricité verte avance plus ou moins vite suivant la zone géographique. Les énergies renouvelables seront en forte hausse dans les pays asiatiques dans les cinq prochaines années. Elle reste, toutefois, inférieure à la demande en électricité. « La Chine est responsable de 40 % de la croissance mondiale de l’énergie renouvelable, qui ne représente pourtant que la moitié de l’augmentation de la demande d’électricité du pays », précise le rapport de l’AIE. La production renouvelable sera, au contraire, dans l’Union Européenne, au Japon et aux États-Unis supérieure à la croissance de la demande d’électricité entre 2015 et 2021.

La fin incertaine des énergies fossiles

La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique reste assez faible. Les énergies fossiles continuent de dominer le marché. La capacité de production d’électricité propre se développe petit à petit. Elle atteint les 23 % à l’échelle mondiale. Un chiffre, qui devrait grimper jusqu’à 28 % d’ici 2021. Mais, cela reste encore insuffisant pour rivaliser avec la production de charbon, qui s’élève à 40 %.

La bonne marche de la transition énergétique dépend fortement des actions menées par les différents pays. L’AIE relève un certain nombre de freins tels que les incertitudes politiques dans « trop de pays », des réseaux électriques inadaptés et des conditions financières en défaveur des pays émergents.

Haut de page

Posté par Julie le 6 décembre 2016