Qu’est-ce que l’effacement diffus ?

Définition de l’effacement diffus

L’ « effacement diffus », encore appelé « effacement résidentiel », consiste à réduire temporairement la consommation électrique des logements afin de diminuer la demande. Ainsi, des actions ponctuelles sont menées pour interrompre temporairement, de manière synchronisée, l’alimentation en électricité des logements, en coupant les radiateurs ou le chauffe-eau par exemple. Ces actions se soldent par une réduction ponctuelle de la consommation en électricité dans une région ou un pays.

thermostat robinet radiateur

Thermostat et robinet d’un radiateur.

Comment fonctionne l’effacement diffus ?

Ce ne sont pas les occupants des logements  qui font la démarche d’aller couper leurs radiateurs ou leur chauffe-eau. En effet, cette solution est mise en œuvre grâce à un boîtier placé sur le tableau électrique. Il permet de mesurer la consommation du foyer et de commander certains usages électriques. Des informations sont recueillies par le boîtier, et ce dernier donne des ordres aux différents appareils. Ce système est géré à distance par un opérateur.

Quels sont les avantages de ce système ?

Ce dispositif a été imaginé pour limiter les coûts liés au renforcement du réseau électrique et pour favoriser l’intégration des énergies renouvelables au réseau d’électricité.

L’ « effacement diffus » permet aussi aux utilisateurs de réduire leur consommation d’énergie. Car, les coupures ponctuelles des radiateurs et du chauffe-eau pourraient, les jours où elles sont pratiquées, conduire à une baisse de la consommation électrique journalière de 8%.

Des études sont en cours pour évaluer les bénéfices de l’« effacement diffus » sur le long terme. Elles s’intéressent au confort, à l’évolution des températures dans le logement, et calculent les économies annuelles réalisées grâce à l’ « effacement diffus », afin de déterminer précisément l’impact que pourrait avoir ce dispositif sur la consommation d’électricité des Français.

Source

Haut de page

Posté par Julie le 23 novembre 2012