Le vent pourrait permettre de répondre à la demande énergétique mondiale

En théorie…

Une étude publiée le 9 septembre 2012 dans la revue Nature Climate Change affirme que la production d’énergie d’origine éolienne pourrait couvrir les besoins énergétiques mondiaux. Cette étude couvre à la fois l’énergie produite par les vents de surface (éolien sur terre et sur mer) et par les vents atmosphériques (éolien d’altitude). Ainsi, les vents de surface pourraient produire 400 térawatts tandis que l’éolien d’altitude produirait jusqu’à 1800 térawatts. L’humanité consomme aujourd’hui 18 térawatts. Cependant, cette étude porte uniquement sur le potentiel géophysique de cette source d’énergie renouvelable. L’étude ne tient pas compte des limites technologiques et économiques.

arbre vent

Arbre et vent.

Exploitation éolienne massive et climat

La production éolienne terrestre est plus de 20 fois supérieure aux besoins de l’humanité.  Cependant, une exploitation massive de l’énergie éolienne n’aurait-elle pas un impact sur la planète ? Si l’on considère le niveau maximum de prélèvement d’énergie éolienne, il y aurait des effets non négligeables sur le climat. Mais, si l’on cantonne l’extraction au niveau des besoins énergétiques actuels, les éoliennes pourraient faire augmenter la température de 0,1°C et influer sur les précipitations à hauteur de 1%. Les impacts sur l’environnement resteraient donc très limités au regard des avantages à tirer de l’énergie éolienne.

Comment exploiter les vents d’altitude ?

Le potentiel des vents de haute altitude est inexploité. Pour l’instant, les scientifiques n’ont trouvé aucun moyen d’exploiter les « jet streams » qui circulent dans l’atmosphère à une hauteur comprise entre 6 et 15 km. Néanmoins, une société italienne, Kite Gen Research, a trouvé une solution pour tirer profit des vents de moyenne altitude. L’idée repose sur le principe du cerf-volant allié à celui du yo-yo : la turbine de l’éolienne reste à terre et tourne grâce à l’ascension d’un cerf-volant (qui entraîne un câble faisant tourner la turbine). Le cerf-volant redescend ensuite, grâce à un système savamment exploité, pour finir par remonter, dans un mouvement rappelant celui du yo-yo.  Les premiers essais ont eu lieu début 2012. Les installations font 3MW et, même s’il reste quelques détails à régler, ce sont des cerfs-volants qui produiront peut-être l’électricité de demain.

Haut de page

Posté par Julie le 23 octobre 2012

Une réponse à Le vent pourrait permettre de répondre à la demande énergétique mondiale

  1. annie dit :

    Très interessant! Par contre difficile d’exploiter ces vents à haute altitude.