Power to Gas : Une idée lumineuse pour stocker l’énergie renouvelable

Stocker des énergies renouvelables ne sera bientôt plus une utopie. A travers le projet « Power to Gas » de nombreuses idées innovantes germent dans le monde entier et notamment en France.

énergies solaire et éolienne

L’électricité renouvelable, une solution d’avenir.

Le problème : stocker les énergies renouvelables

Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques poussent comme des champignons. Ces deux technologies constituent des solutions d’avenir pour fabriquer de l’électricité verte. Mais, quelques nuages ralentissent leur essor. Cette manne d’énergie dépend fortement des aléas du climat. Les jours de beaux temps, il y a, par exemple, un surplus de production. Le problème, cette ressource ne se stocke pas et les parcs d’éoliennes notamment sont répartis de manière inégale sur le territoire. Les smart grids apportent un début d’éclaircie. Ils permettent d’approvisionner des régions pauvres en ressource énergétique.

Les sources d’énergie hydraulique se conservent, en revanche, facilement à l’aide des barrages ou des stations de transfert d’énergie par pompage (STEP).

Le projet « Power to Gas », une solution de stockage de l’électricité

Le « Power to Gas » consiste à transformer l’électricité en hydrogène ou en méthane de synthèse. Sous forme gazeuse, elle se garde facilement avant d’être acheminée dans les réseaux gaziers.

La filière énergétique de l’hydrogène française est très prolifique. Le gouvernement s’est donc naturellement tournée vers ce secteur. L’opération de transformation s’effectue par l’électrolyse de l’eau. Cette technique n’est, toutefois, pas parfaite. La redistribution de ce gaz dans le circuit dédié à cet usage est limitée à environ 2% pour des raisons notamment de sécurité. Mais, ce n’est qu’un début ! GRTgaz accompagné de ses deux partenaires, l’ADEME et GrDF, observe les différentes recherches et perspectives du « Power to Gas » menées au niveau mondial. Selon eux, ce procédé devrait être parfaitement opérationnelle au sein de l’hexagone à l’horizon 2030. « Avec un taux de pénétration des énergies renouvelables électriques supérieur à 50% en 2050, le Power to Gas permettrait de produire entre 20 et 30 TWh/an de gaz renouvelable injectable dans les réseaux existants, s’imposant comme une solution de stockage des excédents de longue durée », souligne le rapport commun de l’ADEME, GRTgaz et GrDF.

A noter, le méthane de synthèse est totalement miscible avec le gaz naturel. Seul inconvénient : son coût trop élevé.

Le projet « Power to Gas » en phase d’expérimentation

Le projet « Power to Gas » fait des émules au Danemark et surtout en Allemagne. La marque Audi, a inauguré, il y a quelques années, une usine de conversion des énergies renouvelables en gaz. L’entreprise affichait la volonté d’alimenter en gaz le secteur automobile grâce à des prix bas. Plus récemment, la firme ITM Power, spécialisée dans les techniques de stockage de l’électricité, teste, à Ibbenbüren, un nouveau système d’électrolyse.

Les initiatives allemandes inspirent ses pays voisins. Par le biais d’Engie, le gouvernement français a mis en place une plate-forme d’expérimentation, nommée GRHYD, à Dunkerque. Elle propose deux projets innovants. Le premier repose sur l’introduction d’un nouveau carburant composé d’hydrogène et de gaz naturel. Son nom : Hythane. Il provisionne, pour l’instant, une cinquantaine de bus. Le second vise à alimenter avec ce fameux mélange 200 logements.

Haut de page

Posté par Julie le 31 mai 2016