Des matériaux dérivés du tanin

« Polyphénols d’origine végétale, les tanins constituent une matière première écologique, abondante, renouvelable et durable » affirme Alain Celzard, enseignant-chercheur à l’Université de Lorraine. Il pilote un projet qui a obtenu le « Prix des techniques innovantes pour l’environnement », décerné par l’ADEME, et qui a pour objectif de mettre au point des matériaux écologiques à partir des tanins.

materiaux alveolaires tanin

Le projet « Matériaux alvéolaires » consiste à développer des matériaux dérivés du tannin pour stocker ou produire de l’énergie, piéger des polluants, isoler ou permettre l’échange de chaleur, alléger les structures, absorber le son ou les impacts.

Avantages de ces nouveaux matériaux

Ces nouveaux matériaux sont d’excellents conducteurs thermiques et ont un coût de revient très inférieur à celui des matériaux équivalents. De plus, ils sont particulièrement résistants au feu, ce qui permet d’envisager de nombreuses applications. Ils conviendraient parfaitement pour l’isolation thermique et phonique des bâtiments par exemple.

Ils pourraient également servir à la fabrication de filtres pour absorber les polluants dans l’eau et dans l’air par exemple, mais également à la fabrication de piles à combustible microbiennes, ou encore au stockage d’énergie thermique…

Un mode de fabrication écologique

L’extraction du tanin peut se faire selon un processus écologique qui permettrait, en plus, de créer des emplois. Il s’agit d’une ressource abondante en France. Le pin maritime par exemple contient 15% de tanin dans ses écorces. Ces dernières peuvent d’ailleurs être récupérées et brûlées pour produire de l’énergie.

Le tanin est donc une ressource très intéressante puisqu’en plus d’être écologique, il peut entrer dans la composition de matériaux utiles pour de nombreuses applications.

Haut de page

Posté par René le 13 août 2013