Confort thermique : sur quoi repose-t-il ?

La notion de confort thermique est-elle subjective ? Si certains éléments physiologiques influencent votre sensibilité, il existe des paramètres objectifs et universels qui affectent votre bien-être. Sur quoi repose-t-il réellement ?

Couple endormi.

Découvrez que quoi repose le confort thermique.

Qu’est-ce que le confort thermique ?

Il s’agit d’une sensation de bien-être que vous ressentez lorsque votre environnement thermique correspond exactement à vos attentes. Il suppose de n’avoir ni trop chaud ni trop froid. A l’extérieur, il dépend principalement de votre sensibilité, de votre activité et de vos vêtements tandis qu’à l’intérieur des bâtiments, il peut être optimisé grâce à un certain nombre d’éléments.

Le taux d’humidité

Idéalement, il doit être compris entre 40 et 60 %. Une sensation d’inconfort thermique apparaît lorsque le taux est inférieur à 30 % ou supérieur à 70 %. Un taux trop bas peut provoquer une gêne respiratoire, des irritations du nez et de la gorge et augmenter la concentration de poussières dans l’air ambiant. A l’inverse, un taux d’humidité trop important favorise le développement des microbes et des moisissures. Il nuit à votre bien-être puisque dans ce cas, la température ressentie est inférieure à celle que vous avez réglée sur votre thermostat. Plusieurs éléments font varier la teneur en humidité de l’air :

  • La température ambiante
  • L’isolation
  • La ventilation

Pour un taux d’humidité optimal à l’intérieur de votre habitation, assurez-vous de ventiler correctement les différentes pièces pour garantir un renouvellement d’air régulier.

Les courants d’air

Ils sont principalement causés par des défauts d’étanchéité qui causent des ponts thermiques dans l’ensemble de votre habitation. Pour les limiter, il est essentiel d’investir dans :

  • Une isolation performante et adaptée
  • Des fenêtres à double ou à triple vitrage
  • Des portes étanches

Les courants d’air, en plus d’avoir un impact sur votre confort thermique, engendrent une surconsommation énergétique. Il existe désormais des solutions alternatives, telles que les membranes pare-vapeur, si vous ne souhaitez pas remplacer l’intégralité de vos huisseries. N’hésitez pas à demander conseil à des professionnels.

La température des parois

Dans la plupart des bâtiments, surtout s’ils sont anciens, les murs sont froids. La différence de température entre le centre de la pièce et les parois qui donnent sur l’extérieur est perceptible en s’approchant des murs. Plus la différence est grande, plus elle est source d’inconfort. En réglant votre thermostat sur 21 °C dans votre pièce à vivre alors que la température mesurée sur la paroi de la pièce n’est que de 16 °C, vous aurez un ressenti d’à peine 18,5 °C. Pour limiter cela, optez pour une solution d’isolation performante. Pour trouver celle qui correspond exactement à votre situation et aux caractéristiques de votre maison, adressez-vous à un expert.

L’homogénéité de la température ambiante

Pour vous sentir bien chez vous, il faut éviter au maximum les mouvements d’air à l’intérieur de votre maison. Il est essentiel d’opter pour un système de chauffage performant qui diffuse la chaleur de manière homogène. Evitez les équipements qui fonctionnent par convection ou air pulsé.

Pour allier bien-être et économies d’énergie, investissez dans du matériel de dernière génération. Le radiateur à inertie offre d’excellentes performances. Il diffuse les calories accumulées de manière optimale et, associé à un dispositif de régulation très précis et programmable, il s’adapte à vos besoins pour assurer votre confort.

Pour avoir des conseils détaillés ou pour obtenir des informations précises sur les équipements de dernière génération dédiés à votre bien-être, n’hésitez pas à demander un guide gratuit.

Haut de page

Posté par René le 27 août 2019