Une façade intelligente qui permet de réduire la climatisation des bâtiments

Des chercheurs de l’Institut Fraunhofer de Chemnitz ont présenté, lors de la foire de Hanovre, un système de façade intelligente permettant de réduire l’usage de la climatisation dans les bâtiments. Car, si le chauffage des bâtiments consomme beaucoup d’énergie, la climatisation n’est pas en reste. Pour faire des économies d’énergie, les scientifiques allemands ont imaginé un système de store automatique qui réagit automatiquement à la chaleur du soleil.

Façade intelligente.

©Institut Fraunhofer. Découvrez la façade intelligente mise au point par l’Institut Fraunhofer.

Comment fonctionne cette façade intelligente ?

Pour relever le défi, ils ont collaboré avec des designers de l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués de Berlin afin de proposer une solution qui allie efficacité et design. Le prototype se compose de 72 éléments en tissu ressemblant à des bourgeons. Ces derniers sont reliés par une structure en métal (un alliage de nickel et de titane) à mémoire de forme qui permet d’ouvrir et de refermer les éléments en tissu. Ainsi, lorsque le soleil apparaît et chauffe le tissu, les bourgeons se déploient pour empêcher le soleil et la chaleur de pénétrer à l’intérieur du bâtiment. Puis, lorsque le soleil disparaît, les éléments de tissu reprennent leur forme initiale pour laisser à nouveau passer la lumière.

Pour quelles applications ?

Cette façade intelligente résiste aux conditions météorologiques (vent, pluie…) et peut être déclinée en différentes formes et couleurs. Désormais, les chercheurs souhaitent travailler sur différents prototypes avec des partenaires afin de les tester, d’abord sur les bâtiments de l’institut, puis sur les des bâtiments résidentiels. Ils envisagent également d’autres applications pour cette façade, comme la récupération de chaleur ou la production d’électricité à partir de la chaleur emmagasinée. La version présentée lors de la foire de Hanovre pourrait être commercialisée en 2017.

Haut de page

Posté par René le 16 juin 2015