Qu’est-ce qu’une « passoire énergétique » ?

Un logement mal isolé ?

Le projet de loi de tarification progressive des énergies évoque, à plusieurs reprises, les « passoires énergétiques ». Mais, cette expression générique n’est jamais vraiment explicitée. Tentons de déterminer précisément les caractéristiques de ces logements taxés de « passoires ».

Les « passoires énergétiques » sont, a priori, les logements très mal isolés, qui laissent passer le froid en hiver et la chaleur en été. C’est pourquoi, lorsque l’hiver arrive, les occupants de ces logements ont l’habitude d’augmenter la température de leurs radiateurs, non pas pour accéder à un confort optimal, mais simplement pour atteindre une température correcte.

eau passoire

De l’eau qui coule à travers une passoire.

Qu’est-ce qui caractérise une « passoire énergétique » ?

A partir de quel seuil parle-t-on de « passoire énergétique » ? Et, qu’est-ce qui est pris en compte pour déterminer ce seuil ? Les experts ont pour habitude de considérer toutes les dépenses énergétiques d’un foyer. Cela signifie qu’en plus du chauffage, l’énergie consommée pour chauffer l’eau, pour l’éclairage ainsi que pour tous les autres usages électriques (appareils électroménagers,…) est prise en compte. Ainsi, un tiers des dépenses énergétiques ne dépend pas de la qualité du bâtiment. Donc, d’après ces critères, les spécialistes considèrent qu’un logement qui dépasse 350 kWh/m² de consommation énergétique par an est une « passoire ». La moyenne nationale se situe à 190 kWh/an/m².

Quelles sont les habitations les plus touchées ?

Pour savoir si vous vivez dans une « passoire énergétique », intéressez-vous à l’année de construction de votre maison. Car, avant 1949, l’isolation n’existait presque pas et après 1975, les premières réglementations thermiques ont permis d’améliorer progressivement les performances. En toute logique, les « passoires énergétiques » sont donc à chercher du côté des maisons qui ont été construites entre 1949 et 1975. Cependant, le CEREN (Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie) constate depuis quelques années que la consommation énergétique dans les maisons anciennes baisse progressivement, tandis que celle des maisons construites après 1975 augmente. En effet, il est possible que la qualité de l’isolation se dégrade avec le temps, ou que les occupants des premières fassent plus d’efforts pour réduire leurs factures.

Pour évaluer la consommation énergétique d’un bâtiment, il y a plusieurs critères à prendre en considération. La proposition de loi sur la tarification progressive des énergies ne concernera, dans un premier temps, que deux sources d’énergie : le gaz et l’électricité.

Haut de page

Posté par Julie le 16 octobre 2012