Quel type de chauffage choisir pour du locatif ?

Au moment d’aménager une maison ou un appartement à louer, le choix du chauffage est assez important. L’idéal est d’opter pour un type de chauffage facile à entretenir, et qui facilite la vie du locataire et les rapports avec le propriétaire. Découvrons ensemble comment choisir un chauffage pour du locatif et quels sont les éléments à examiner en priorité.

chauffage electrique dans un logement loue

Critères d’un choix de chaudière pour un appartement locatif

Lorsqu’on choisit une chaudière pour sa maison, on se prépare aux éventuels inconvénients relatifs à chaque type de chauffage.

Mais il en va différemment lorsqu’on équipe du locatif. En effet, comme vous ne serez pas l’habitant des lieux, l’idéal est d’opter pour une solution de chauffage relativement simple à utiliser. Il faut également bien préparer votre budget.

Vous pensez aménager un locatif et réfléchissez encore à une solution pour son chauffage ? Dans ce cas, voici les différents critères à examiner :

Le prix de la chaudière

En premier lieu, renseignez-vous toujours sur le coût de la chaudière. Si vous tenez à limiter vos investissements, ne vous tournez pas vers une pompe à chaleur ou un chauffage à énergie renouvelable.
En la matière, les solutions les plus aisées sont le chauffage électrique ou encore la chaudière au fioul.
Rappelez-vous que les frais relatifs au remplacement de la chaudière seront à votre charge. Si votre locataire entretient mal une chaudière coûteuse, cela risque d’augmenter vos frais sur le long terme…

La facilité d’utilisation

Dans un locatif, l’idéal est de privilégier des chauffages simples de fonctionnement. Miser sur une chaudière à granulés de bois ou un chauffage qui nécessite beaucoup d’entretien aura deux inconvénients :

  • Cela risque d’effrayer les potentiels locataires.
  • Cela augmente le risque que le locataire entretienne mal la chaudière, ce qui peut accélérer son vieillissement.
  • L’entretien de la chaudière

Au moment d’équiper une maison locative en chauffage, pensez également à l’entretien de la chaudière. Gardez en tête qu’un entretien annuel de la chaudière est obligatoire pour tous les modèles suivants :

  • Chaudière au fioul,
  • Chauffage au gaz,
  • Chauffage au charbon,
  • Chaudières multicombustibles,
  • Chaudière au bois.

Même si c’est le locataire qui est en charge des frais d’entretien annuels (voir dernière partie de l’article), cet entretien peut rester un désagrément pour les deux parties.

La consommation

Enfin, la consommation du chauffage est un autre critère à prendre en compte. Une fois de plus, c’est le locataire qui prend en charge le prix du chauffage qu’il consomme.

Malgré tout, le propriétaire a tout intérêt à proposer un logement locatif facile à chauffer. Des factures de chauffage trop élevées pourraient en effet faire fuir les locataires.

À défaut de choisir une chaudière à basse consommation (souvent très coûteuse), mieux vaut s’arranger pour que le logement soit correctement isolé.

Important : gardez en tête qu’un chauffage au gaz nécessitera que le locataire dispose d’un abonnement à l’électricité ET au gaz. Cette double facturation peut décourager certaines personnes au moment de prendre la location.

Le chauffage électrique dans le locatif : la solution pratique

Vous l’avez sûrement déjà deviné : installer des radiateurs électriques reste la solution la plus simple dans un bâtiment locatif.

En effet, le chauffage électrique a de nombreux atouts pour lui.

Les avantages des radiateurs électriques dans un locatif

Ce n’est pas un hasard si la plupart des logements locatifs sont équipés de chauffage électrique. Ce chauffage a en effet de nombreux avantages :

  • Il est simple d’utilisation.
  • Il est adapté aux petites surfaces (idéal pour un appartement à louer).
  • Il ne nécessite pratiquement aucun entretien.
  • Le prix de pose d’un chauffage électrique est très accessible.
  • Le remplacement d’un radiateur électrique est simple et bien moins coûteux que celui d’une chaudière.
  • Ce chauffage ne nécessite pas d’abonnement au gaz, et permet au locataire de ne pas avoir à acheter régulièrement de combustible (fioul, bois, etc.).

Il est important de noter que les locataires préfèrent souvent le chauffage électrique, car ce dernier n’exige pas forcément d’implication de leur part (pas de nettoyage régulier ni d’achat de combustibles).

Les limites du chauffage à l’électricité

Malgré tout, reconnaissons que tous les types de chauffage électrique ne se valent pas. Les anciens convecteurs et les panneaux rayonnants sont gourmands en électricité et assèchent l’air. Les radiateurs électriques ont bien évolué en quelques années. Certains fabricants n’hésitent pas à user des nouvelles innovations pour améliorer leurs performances. Les modèles à inertie en constituent le parfait exemple grâce à une technologie qui allie convection, accumulation et rayonnement pour plus d’économies d’énergie. La mention « chauffage à inertie » dans une petite annonce immobilière, peut, en prime, attirer davantage de locataires.

De manière pragmatique, les propriétaires se moquent souvent de la consommation d’un chauffage locatif, car ce ne sont pas eux qui le paient directement.

Cependant, si vous tenez à construire un logement à basse consommation, ou encore si vous souhaitez réduire les charges au minimum, vous pouvez opter pour des solutions plus écologiques.

Choisissez par exemple une pompe à chaleur, voire une chaudière à granulés de bois. Il faudra alors bien informer le locataire sur le fonctionnement de sa chaudière.

Si vous souhaitez trouver des conseils pratiques sur les alternatives au chauffage électrique et sur leur prix, Travaux avenue vous donne plus d’informations sur les types de chauffage.

Important : la présence d’un chauffage à basse consommation peut être un bon argument pour inciter à la location de votre bien.

Chauffage et location : qui doit payer ?

Pour conclure cet article, rappelons la répartition des charges dues au chauffage entre le propriétaire et le locataire. C’est un sujet d’intérêt quand on réfléchit à l’installation d’un chauffage pour du locatif.
Il faut donc savoir que le coût relatif au chauffage sera réparti comme suit :

  • La consommation du chauffage : c’est bien entendu le locataire qui paie le chauffage qu’il consomme. Cela est vrai pour tous les combustibles. Dans le cas d’un chauffage électrique ou au gaz, le locataire doit avoir son propre abonnement.
  • L’entretien annuel de la chaudière : fait également partie des frais payés par le locataire, à condition que ce dernier soit équipé d’une chaudière individuelle. Dans le cas d’une chaudière collective, c’est le propriétaire ou le syndicat de copropriété qui doit prendre en charge ces frais.
  • La réparation de la chaudière : en cas de panne de chaudière ou de remplacement, c’est généralement le propriétaire qui doit choisir un artisan et le payer.

Naturellement, les frais d’installation d’une chaudière sont entièrement à la charge du propriétaire. D’où l’intérêt de chercher un chauffage peu coûteux à mettre en place ou à remplacer.

Vous savez désormais tout sur le choix d’un chauffage pour du locatif. Si vous souhaitez en savoir plus sur les différentes solutions de chauffage électrique, n’hésitez pas à consulter cette page complète sur le sujet.

Haut de page

Posté par René le 19 mai 2016