Comment bien choisir son poêle à bois ?

Le poêle à bois constitue un système de chauffage « à la mode ». Son design moderne explique en partie un tel engouement. L’amélioration du procédé et la valorisation des énergies renouvelables ont largement contribué à son succès.

poele bois et mur en briques

Le poêle à bûche, pour une ambiance chaleureuse.

Poêle à bûche ou à granulés

Le poêle peut être alimenté par des bûches, des granulés ou les deux.

  • Le poêle à bois.

    Cette installation est complexe à mettre en place, car elle doit être obligatoirement raccordée à un conduit d’évacuation de fumée. Il est nécessaire d’alimenter régulièrement le feu en bois. Pour éviter des allers-retours, vous pouvez conserver quelques bûches à proximité du poêle. Mais, pour tenir tout l’hiver, il vous faudra stocker plusieurs stères dans un endroit au sec.

  • Le poêle à granulés ou à pellets.

    Cette installation de chauffage offre de nombreux avantages : un système de recharge pour un approvisionnement automatique ; un combustible facile à manipuler ; plusieurs niveaux de puissance pour régler la température, pas d’entretien, etc.

  • Le poêle hybride.

    Compatible avec les deux formes combustibles, il offre, en plus, un excellent rendement. Certains modèles passent automatiquement d’un mode à l’autre afin de répondre parfaitement aux besoins des utilisateurs. D’un point de vue technique, le poêle hybride est plus volumineux qu’un poêle classique. Il faut installer un conduit suffisamment large pour évacuer les fumées (la norme est de 80 mm de diamètre pour les granulés et de 150 mm pour les bûches).

Les différents types de poêle

Le poêle à bois permet de chauffer une pièce voire la maison entière à condition de nourrir régulièrement le feu. Le nombre de chargements va dépendre du type d’installation en place. Il existe principalement deux technologies : à convection et de masse.

A convection

Composé d’acier ou de fonte, le poêle à convection diffuse la chaleur produite dans les différentes pièces de la maison par le biais de conduits. Ce système agit rapidement mais ne permet pas d’emmagasiner la chaleur pendant très longtemps. La majorité des poêles est pourvue de deux chambres de combustion au lieu d’une seule. Le second foyer a pour mission de brûler les gaz. Un dispositif ingénieux qui permet de réduire les émissions polluantes et d’accroître le rendement.

De masse

Le poêle de masse est capable d’accumuler une grande quantité de calories grâce à son corps de chauffe en matériaux lourds (stéatite, brique ou béton). Cette manne d’énergie est diffusée sous forme de rayonnement. Le poêle chauffe ainsi sa paroi et les différents murs situés à proximité, qui à leur tour chauffent la pièce. Une fois le feu éteint, il continue de restituer la chaleur stockée pendant de nombreuses heures. Son rendement est nettement supérieur à celui du poêle en acier ou en fonte. Un seul bémol est à noter : son poids. Votre plancher doit être en mesure de supporter une telle charge.

Le label « Flamme verte », la garantie d’un système performant

Les fabricants de chauffage et l’Ademe ont mis en place le label Flamme Verte, qui classe les appareils sur une échelle de 5 à 7 en fonction de leur rendement et de leurs émissions polluantes. Pour obtenir 5 étoiles, un poêle à bûches doit avoir :

  • Un rendement minimal de 70%,
  • Un taux de monoxyde de carbone de 0,3% maximum,
  • Des émissions de particules fines inférieures à 90 milligrammes par mètre cube.

La puissance du système de chauffage

La puissance de l’installation varie en fonction de la surface à chauffer. Il faut compter environ 0,1 kW/m2 pour une pièce normalement isolée avec une hauteur sous plafond de 2,5 m. A titre d’exemple, un poêle de 7 kW permet de chauffer 70 m2. Un autre paramètre est à prendre en compte : la charge de bois. Le poêle doit tourner à plein régime pour être entièrement efficace. Dans le cas contraire, il perd en qualité de combustion et consomme davantage de bois.

La taille du foyer

La question de la taille du foyer n’est pas anodine, elle est déterminée par trois critères :

  • L’esthétique.

    Un grand foyer permet d’admirer les flammes et de renforcer l’ambiance chaleureuse diffusée par le poêle.

  • L’économie.

    Les bûches sont coupées en fonction de la taille de l’âtre. Plus elles devront être petites, plus le prix du stère risque de grimper.

  • L’autonomie.

    Elle est comprise entre 2 et 22h*. Plus les dimensions du foyer sont importantes, plus le poêle gagne en autonomie.

Les aides financières

Le poêle est peu polluant et utilise une énergie renouvelable, le bois. Ce système ouvre ainsi le droit à des aides financières de l’Etat dont :

  • Le crédit d’impôt de 30 % sur le montant TTC.
  • La TVA réduite à 5,5% pour le chauffage au bois.
  • L’éco prêt à taux zéro 2017.

*Source : https://poele-cheminee.ooreka.fr/astuce/voir/571289/poele-a-bois-avec-grand-foyer

Haut de page

Posté par Julie le 19 juillet 2017